Beyond, l’au-delà

Scénario et réalisation : Koji Morimoto

Un chat perdu dans la matrice (Matrix)

L’univers de Matrix n’est pas limité à celle d’une révolte et d’une guerre post apocalyptique. Bien que l’histoire originale soit centrée sur Néo, Morpheus, Trinity et la libération des hommes face aux machines, vaste sujet, plusieurs court-métrages d’animation ont été réalisés sur cette même base mais en se détachant du style gothique qui lui est propre et des personnages que nous connaissons.
Les scènes du quotidien sont rares dans Matrix car la vérité sur l’humanité, le fait qu’elle soit entièrement branchée en réseau à un ordinateur et utilisée par les machines comme des piles, écrase la possibilité de traiter un sujet trop léger. Le court-métrage d’animation Beyond, l’au-delà, conte une histoire opposée à l’action omniprésente liée à la Trilogie Matrix. Dans le Tokyo d’aujourd’hui, une jeune japonaise se réveille dans son studio et vit sa vie d’adolescente. Les personnages de cette aventure n’ont aucune caractéristiques exceptionnelles. Ils sont comme vous et moi et n’auront d’ailleurs aucune incidence dans l’histoire de Néo.
Yuki, le chat de Yoko n’est plus chez sa maitresse qui s’inquiète, elle interroge ses voisins sur sa récente fugue. Ses recherches l’emmèneront à rencontrer un groupe d’enfants qui lui parleront d’une maison « hantée ». Les propriétés extraordinaires de cette maison ont en fait une explication très simple, c’est juste un bug de programmation dans la Matrice (the Matrix).

Le paradoxe de Matrix

Bien que les symboles et les thèmes utilisés dans Matrix soient philosophiques et religieux, l’univers de celui-ci décrédibilise les éléments déclencheurs liés à la spiritualité et aux esprits par sa simple explication du « bug ». Que ce soient les maisons hantés, les miracles, la magie, la clairvoyance, ou tout autres phénomènes irrationnels, tout est forcément lié à des lignes de code dans un programme informatique. Tout est forcément créé dans un monde virtuel par des machines et donc  une logique cartésienne.
Indirectement la question se pose sur notre vrai monde et notre facilité à coller une étiquette « esprit » ou « surnaturel » à un événement qui dépasserait les frontières de notre logique ou de notre compréhension humaine.
About The Author
-