Silent Love

Scénario et réalisation : Giacomo Zanni

Silent Love, entre hasard et rencontre

Pourquoi j’aime ce court métrage ? Parce que bien qu’il offre une grande de possibilité de fins et je ne m’attendais pas à celle-ci.

Cette rencontre est celle que nous vivons tous un peu chaque jour: nous sommes assis devant une charmante personne, on suppose son quotidien, son prénom, sa vie… Et puis on descend du métro pour retrouver son train-train. L’histoire devrait s’arrêter là.

Mais ici, cette rencontre se réitère jusqu’à être attendu. Vont-ils se parler ? Découvrir que l’un est finalement marié et deux enfants ? Le jeu de regard, la position des jambes toujours proche de l’inconnu(e), cet air de rien mais qui apprécie la présence de l’autre. Tout est parfait, de ce petit rituel jusqu’à cette chute. Ah je ne suis pas là pour vous gâcher la fin !

Un court métrage très juste qui sensibilise avec finesse sur un « handicape » qui prend la place d’un grain de beauté. 

La rencontre, base de la romance

Du cinéma au petit écran, la rencontre est la clef de l’accroche du spectateur. On aime s’y identifier et prendre plaisir de la situation bien que par procuration. Voici un extrait de la série How I met your mother où le personnage de Ted rencontre quotidiennement la même fille dans l’ascenseur.

About The Author
-